Son Gouvernement a été investi le 23 juillet 2022 par l’Assemblée Provinciale. Jean Robert Nzanza a présidé à la destinée de la Province du Bas –Uélé pendant deux ans. Pendant son règne, cet éminent professeur des universités a abattu un travail titanesque. Des actions ont été menées dans plusieurs domaines : infrastructures routières, énergétique et immobilières ; sécurité et  restauration de l’autorité de l’Etat ; ressources naturelles, développement du capital humain et autres.

Dans les lignes qui suivent, vous avez la liste des différentes actions menées pendant les deux ans au gouvernorat de province.

I. INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES

  1. RN25 (Buta-Isiro) : Après plus de 40 ans, la réhabilitation historique est en marche,
  2. RN6 (Aketi-Dulia) : Le port d’Aketi sur l’Itimbiri a retrouvé son accès grâce à la réhabilitation du tronçon communément appelé « Morgue » après plusieurs années,
  3. RN4 (Buta-Télé) sur la route Kisangani : 80% du tronçon situé dans le Bas-Uélé en cours de réhabilitation,
  4. Voirie de Buta : Près de 9 km réhabilités.

II.  INFRASTRUCTURES ÉNERGÉTIQUES ET IMMOBILIÈRES

  1. II. Éclairage public à Buta: Environ 300 lampadaires installés grâce à un don du Gouvernement Central.
  2. Construction du mini central hydroélectrique « Trou de Lion »: Capacité de 100 Kw, 80% achevé.
  3. Construction du bâtiment 3 Divisions: Nouvelle infrastructure administrative.
  4. Construction du bâtiment de la Division de Finance: 60% achevé.

III. SÉCURITÉ ET RESTAURATION DE L’AUTORITÉ DE L’ÉTAT

  1. Politique de proximité : Aucun soulèvement populaire ni marche de protestation,
  2. Promotion des droits de l’homme: Aucune arrestation arbitraire ni détention illégale,
  3. Itinérance dans 5/6 territoires: Visite historique du Gouverneur à Ango (après 48 ans),
  4. Dotation de véhicules: Véhicules neufs pour le Gouverneur et le Vice-Gouverneur, véhicules d’occasion pour les ministres.

IV. RESSOURCES NATURELLES

  1. Stabilisation des prix des feuilles de manioc et légumes: Baisse de 50% en moyenne,
  2. Formation et accompagnement de plus de 1100 agriculteurs et dotation en semences: Augmentation de 250% des jardins urbains à Buta, 
  3. Facilitation stratégique pour PIREDD Bas-Uélé: Financement de 30 millions de dollars pour la reforestation et le développement agricole,
  4. Nouveau contrat d’exploitation de bois à Aketi: Triplement des revenus de taxes superficiaires à partir de 2024,
  5. Diminution des taxes minières à 10%: Soutien au secteur minier.

V. DÉVELOPPEMENT DU CAPITAL HUMAIN

  1. Dotation de 3000 bancs et construction de 4 écoles primaires: Amélioration de l’accès à l’éducation, Agrément de 462 écoles privées:
  2. Diversification de l’offre éducative,
  3. Dotation de 10 lits d’accouchement, 3 banques de sang et un appareil de radiographie: Renforcement du système de santé,
  4. Transformation de l’Université du Bas-Uélé en institution d’utilité publique: Une première pour la province,
  5. Augmentation de 35% du nombre d’agents mécanisés et régularisation de la situation de 3150 agents de santé et mécanisation de 310 personnels académiques.

VI. VISIBILITÉ DE LA PROVINCE

  1. Réhabilitation du studio Pr JR NZANZA et dotation de la RTNC en équipement: Amélioration des infrastructures médiatiques et
  2. Désenclavement médiatique de la province : Plus de 100 éléments télévisés, deux sites internet, ( https://bas-uelenews.com/   et https://bas-uele.gouv.cd/ )  avec plus de 120 articles écrits sur le Bas-Uélé, une chaîne Youtube (https://www.youtube.com/@bas-uelenews3587) avec 142 vidéos d’information générale).

Quoique le bilan du Gouverneur Jean-Robert Nzanza à la tête de la province du Bas-Uélé soit globalement positif, avec des réalisations significatives dans plusieurs domaines clés, il y a, cependant, des défis importants qui subsistent, notamment, l’insécurité persistante à Ango, l’effectif réduit des agents de l’ordre, les tracasseries routières, le manque de financement et difficultés à attirer les investissements, l’irrégularité des frais de fonctionnement (14 mois non payés), le manque de bancs dans les écoles, hôpitaux non équipés, et la nécessité de construire un stade pour la jeunesse.

La Rédaction.

 

Leave A Reply