Dans la province du Bas-Uélé, un éléphant sème terreur et désolation dans le groupement MBOLI en chefferie Dely, territoire de BONDO, situé à plus de 200 kilomètres de la ville de Buta au Nord de la République Démocratique du Congo.

Ce pachyderme qui appartient à un troupeau dont le nombre n’est pas connu apparaît ce dernier temps régulièrement dans le village et détruit ce qu’il trouve sur son passage : maison, champs et autres. Il s’attaque même aux êtres humains.
Et pour preuve, deux personnes, dont une femme victimes de l’attaque de cet éléphant, reçoivent des soins dans une formation médicale locale.
Conséquences, la population qui vit la peur au ventre ne sait plus vaquer librement à ses activités champêtres et de chasse. Même pendant la nuit, craignant l’apparition des éléphants, les habitants n’ont plus un sommeil tranquille.

Une cultivatrice de MBOLI déclare : 

« Nos champs de riz n’étant plus surveillés, les oiseaux en font une bonne affaire. Ils ont tout terminé. Nous sommes restés au village par peur des éléphants. Que ferons-nous avec la faim. Nous sommes malheureux et qu’allons nous manger ?  »

Une autre ajoute :

« C’est grâce aux produits de nos champs que nous faisons étudier nos enfants. Que ferons-nous quand ces pachydermes vont venir ? »

Ainsi, ces habitants en ont marre et demandent aux autorités d’abattre ce pachyderme. Un habitant affirme

« Ici, nous souffrons beaucoup suite à l’apparition des éléphants. les autorités doivent nous trouver une solution urgente pour éviter le pire, malgré l’interdiction de tuer un éléphant, car, c’est un animal protégé . »

Le président de l’Assemblée provinciale du Bas – Uélé, Eddy Pascal SINANGO, s’en est rendu compte lors de sa visite dans ce coin du territoire dans le cadre de ses vacances parlementaires.

Contacté à ce sujet, le ministre provincial en charge de l’intérieur, Jean-Pierre MAZIAMBOLA, affirme que cette question sécuritaire de la population de MBOLI préoccupe le gouvernement provincial du Bas – Uélé. Lors de sa récente réunion ordinaire du conseil des ministres présidée par le gouverneur de province, le professeur Jean-Robert NZANZA Bombiti, le sujet a été évoqué. Ainsi, il a été décidé de solliciter l’expertise de l’Institut congolais pour la conservation de la nature, ICCN, et ses partenaires pour repousser ce troupeau en créant un couloir de passage des éléphants. Car, selon les archives, le village MBOLI aurait été construit sur un espace qui constituait, dans les temps anciens, un passage pour les éléphants. Le territoire de BONDO se trouve dans une grande réserve appelée domaine de chasse BILI-UELE.

Rédaction

Leave A Reply